Histoire

Histoire des Pineau des Charentes et Cognac P&C


Histoire du Cognac


La viticulture est apparue dans les Charentes dès la fin du Ier siècle après JC. Dès le Moyen-Age, les vins de la région sont appréciés par les pays d’Europe du Nord (Angleterre, Flandres, Hollande, Norvège) et les échanges commerciaux sont favorisés par la navigation sur la Charente.

Cependant, en raison d’un faible degré alcoolique, la qualité des vins de la région est très altérée par la durée des voyages en mer, ce qui amène les Hollandais à les distiller pour mieux les conserver. Ils nomment le résultat « brandwijn » et le consomme allongé avec de l’eau.

Les vins sont ensuite distillés dans la région de production pour limiter les volumes à transporter. La double distillation apparaît vers le XVIIe, pour rendre l’eau-de-vie inaltérable et lui permettre ainsi de mieux voyager, puis l’on découvre que son vieillissement en fût de chêne du Limousin la bonifie et qu’elle peut être consommée pure.

Au XVIIIe et XIXe le commerce de ces eaux-de-vie se développe vers le pays d’Europe du Nord, l’Amérique et l’Extrême-Orient.

A la fin du XIXe, le vignoble est détruit par le phylloxéra, puis reconstitué à partir de vignes importées des Etats-Unis qui résistent à cet insecte.

Les cépages traditionnels (Colombard, Folle Blanche…) sont progressivement remplacés par l’Uni Blanc, plus résistant.

En 1909, la zone géographique de production est délimitée, et en 1936 le Cognac est reconnu comme Appellation d’Origine Contrôlée (AOC).

Aujourd’hui, le Cognac est un produit de luxe international, dont plus de 90% de la production est exportée dans près de 160 pays.

Il représente une eau-de-vie d’excellence, symbole de la France et de son « Art de Vivre ».


Histoire du Pineau des Charentes


Le Pineau des Charentes, à l’origine légendaire, partage son histoire avec le Cognac. Depuis plus de quatre siècles, les vignerons élaborent, avec passion, ce vin de liqueur unique au monde, dans le respect des traditions et d’un savoir-faire transmis de génération en génération.

Depuis 1945, la qualité de ce travail est reconnue par une Appellation d’Origine Contrôlée (AOC).

Grâce à un terroir unique, situé entre terre et océan Atlantique, la richesse des sols calcaires et le climat océanique permettent une excellente maturation du raisin.

Les vendanges se déroulent à partir de fin septembre.

Les raisins sont ensuite pressurés, pour obtenir du moût de raisin, puis mûtés par assemblage avec de l’eau-de-vie de Cognac, pour interrompre la fermentation.

Le Pineau des Charentes est alors vieillit en fûts de chêne, pour développer ses caractéristiques aromatiques, puis mis en bouteille.


Territoire & AOC


P&C vous proposent des Pineaux de qualité, élaborés dans ce respect des traditions et de ce savoir-faire, dans le domaine, avec une durée de vieillissement supérieure aux exigences de l’AOC.

Le Cognac bénéficie d’une Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) Cognac, qui garantit la qualité de son élaboration. Celle-ci est réalisée dans le respect d’un Cahier des Charges Cognac, qui établit rigoureusement le lien à l’origine, au terroir et aux méthodes d’élaboration et de contrôle.

Le vignoble couvre environ 75000 ha sur les départements de la Charente-Maritime, d’une grande partie de la Charente et deux enclaves en Dordogne et Deux-Sèvres. Il est divisé en 6 crus, définis à partir des caractéristiques géologiques de leur sol :

– La Grande Champagne, qui produit les eaux-de-vie les plus fines et légères,
– la Petite Champagne, qui donne des eaux-de-vie d’excellence, sans pour autant atteindre la même finesse,
– les Borderies, aux eaux de vies rondes et aux notes florales,
– et enfin les Fins BoisBons Bois et Bois Ordinaires, dont les eaux-de-vie vieillissent plus rapidement.

Le vignoble s’étend sur un paysage composé de plaines et de collines au doux relief et aux sols argilo-calcaires et bénéficie d’un climat océanique tempéré, caractérisé par des températures douces et un ensoleillement important, particulièrement favorable à l’excellente maturation du raisin.


Les cépages

utilisés pour la production sont définis par le Cahier des Charges de l’AOC : Colombard, Folle Blanche, Folignan, Montils, Sémillon et l’Ugni Blanc, le cépage majoritaire en raison de sa résistance supérieure.

La culture de la vigne s’effectue dans les règles de l’art et aboutit aux vendanges qui se déroulent une fois le raisin arrivé à maturité, généralement de mi-septembre à mi-octobre.


Le pressurage,

effectué immédiatement après récolte et le jus obtenus sont aussitôt mis à fermenter pour être vinifiés en deux temps, pour produire les vins de distillation qui seront alors sélectionnés avant d’être distillés.


La distillation,

réalisée avec un alambic charentais en cuivre, en deux étapes successives :

– la « première chauffe » qui correspond à la distillation du vin et permet d’obtenir le brouillis,
– et la « deuxième chauffe » ou « repasse » ou « bonne chauffe » qui consiste à distiller le brouillis pour obtenir l’eau-de-vie de Cognac.

La distillation permet la concentration des saveurs par la sélection des meilleurs arômes du vin.


Le vieillissement,

au cours de cette étape, réalisée dans des chais obscurs, uniquement dans des tonneaux en chêne du Limousin ou de la forêt de Tronçais, l’eau-de-vie-évolue et développe ses arômes et sa couleur par une lente maturation, sans interruption.

L’évaporation de l’alcool lors de cette étape est appelée la « part des Anges ».


L’assemblage,

technique de tradition ancestrale, à la marque de fabrique de chaque maison. Il consiste à élaborer un Cognac sur-mesure, fruit de l’assemblage d’eaux-de-vie sélectionnées, d’âges et de crus différents.